Les observations

Observation n°9 (Web)

Par adrien gand
Déposée le 27 janvier 2022 à 22h41
Bonjour,

Un établissement pénitentiaire sur notre commune, à cet endroit-là, ne peut pas être bénéfique : en premier lieu, il sera situé face au lycée Val d'Argens, fleuron de notre éducation.
Ce site est de plus prévu sur des terres agricoles sans concertation avec les habitants à proximité. Il aurait été de bonne augure d'effectuer un référendum communal qui aurait permis de donner la parole à l'ensemble des administrés: je déplore l'absence de concertation publique à l'échelle locale de la part de la Municipalité actuelle.

Car OUI, cet établissement va impacter de près comme de loin l'ensemble des muyois et muyoises : réputation, dévaluations de notre habitat environ 20%, nuisances sonores, fréquentations...

Notre commune de 67 km² est composée de plus de 71 % de zones naturelles protégées et de 11,7% de zones urbanisées.
Les zones restant à développer ne sont pas nombreuses, surtout à proximité de notre beau village.
C'est pour cela et de nombreuses autres raisons qu' une prison à cet endroit, aux portes d'un village provençal d'environ 10 000 habitants ne sera pas bénéfique pour la commune.

Questions :

-Pouvez-vous me dire l'emplacement exact de l'implantation du projet de la prison sur les 74 hectares?
-Quelles sont les réelles embauches au niveau local?
-Quelles sont les entreprises qui vont travailler pour la construction de cet établissement? Seront-elles locales ?
- Quelles sont les mesures supplémentaires envisagées visant à garantir la sécurité ?
ex: création ou extension de la brigade de gendarmerie.
-La station d'épuration et la station de pompage sont-elles en capacité de subvenir à l'ensemble du personnel et des détenus sans impacter les administrés de la commune?
-Quelle contrepartie pour la commune d'accueillir un centre pénitencier?
-Pourquoi n'y a-t-il pas eu de concertation préalable à ce projet auprès de la population?
-Quelles sont les mesures prises pour lutter contre les nuisances sonores que ce style d'établissement provoque inévitablement ?
-A qui appartient la décision finale de l'implantation : l' APIJ, les élus .. ) ?
-Si le projet a lieu, est-il prévu d'indemniser les propriétaire des parcelles de terrain?

Pour finir, j'espère que la concertation publique sera bénéfique et que le projet n'est pas encore entériné.

Cordialement

M.Gand Adrien

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation du maître d'ouvrage, dont la publication interviendra dans les deux mois suivant la remise du bilan du Garant.
Concernant vos interrogations sur l’implantation du projet, des études approfondies couplées à des discussions avec les collectivités vont nous permettre de déterminer la zone d'implantation précise de l'établissement pénitentiaire. A ce stade, 15 hectares sont nécessaires pour la construction de l’établissement pénitentiaire. Ces 15 hectares se situeront dans les 74 hectares du périmètre d’étude actuel. Il appartiendra à l'entreprise retenue de nous proposer un plan d'aménagement respectant le cahier des charges que nous lui imposerons. Sur cette base, elle définira un plan précis du futur établissement pénitentiaire et de son domaine.

Sur les bénéfices en termes d’emploi : la construction d’un établissement pénitentiaire génère la création d’emplois et de retombées économiques pour le territoire, tant en phase chantier qu’en phase exploitation. Durant la phase de chantier, les entreprises en charge des travaux sont contractuellement engagées à respecter un taux concernant les heures d’insertion et ont recours à de la sous-traitance locale. Durant la phase d’exploitation de l’établissement pénitentiaire, environ 480 emplois seront créés dont une partie, considérés comme « indirects », bénéficiera à des personnes vivant déjà sur le territoire. L'arrivée d'un établissement pénitentiaire de cette dimension sur un territoire génère par ailleurs un flux de commandes de prestations pour les entreprises du territoire ; on estime à environ 3,5 millions d'euros HT les commandes annuelles associées au fonctionnement d’un établissement pénitentiaire de cette envergure.
Sur la sécurité : la sécurité, à l’intérieur comme aux abords immédiats des établissements pénitentiaires, constitue un enjeu déterminant de l’exploitation quotidienne d’un établissement pénitentiaire et un point de vigilance majeur pour l’APIJ. Les établissements pénitentiaires sont en lien direct avec les services de police et de gendarmerie environnants qui peuvent intervenir dans des délais courts en cas d’infraction aux abords de l’établissement. Conformément à la législation, qui a évolué sur ce point, les personnels de surveillance de l’établissement affectés dans les équipes locales de sécurité pénitentiaire (ELSP) sont autorisés à procéder, en dehors de l’enceinte, au contrôle des personnes susceptibles de commettre une infraction. Ainsi, la sécurité du domaine pénitentiaire, ainsi que celle de ses abords immédiats, est assurée conjointement par les forces de sécurité intérieure et les personnels pénitentiaires de l’établissement ; un protocole d’intervention est élaboré entre les forces de police ou de gendarmerie territorialement compétentes et l’établissement, visant à définir leurs conditions d’intervention respectives, en vue d’une action rapide et efficace contre les personnes susceptibles de commettre une infraction à proximité de l’établissement.
Concernant la station d’épuration et la station de pompage, les études ne sont pas suffisamment abouties à ce stade pour affirmer que ces deux stations sont suffisamment dimensionnées pour accueillir le centre pénitentiaire. Ces points seront néanmoins étudiés dans le détail dans les prochaines phases du projet.
S’agissant des bénéfices pour les communes d'implantation et voisines : des recettes fiscales indirectes liées à l’arrivée de nouveaux habitants (personnel pénitentiaire par exemple) sont à prévoir. Le nombre de personnes détenues est également compté dans la population de la commune, ce qui augmente d’autant sa Dotation Globale de Fonctionnement (DGF).
Sur la concertation ; l’APIJ organise actuellement une concertation préalable. Celle-ci vise à associer le public le plus en amont possible afin que soit débattu les différents aspects, objectifs ou caractéristiques du projet et que des adaptations éventuelles puissent y être apportées, tant que cela est encore possible. Le temps de la concertation préalable est d’abord celui de l’écoute par le porteur de projet ; il n’est pas celui des réponses définitives à tous les questionnements, qui d’ailleurs ne peuvent pas, sur certains sujets complexes, être immédiates. C’est pourquoi, toutes les questions posées feront bien l’objet d’une réponse de la part de l’APIJ, néanmoins, certaines d’entre elles interviendront à des échéances ultérieures. Comme le prévoit le code de l’environnement, la réponse de l’APIJ au bilan du garant, détaillera précisément les réponses ou les engagements apportés aux sujets identifiés, ainsi que la manière dont les contributions du public auront été prises en compte.
Concernant vos inquiétudes relatives aux nuisances sonores, sachez que le nouveau programme immobilier vise à réduire ce type de nuisance qui a pu être constaté sur d’anciens établissements pénitentiaires, via notamment la mise à distance du bâti accueillant les personnes détenues par rapport à l’environnement extérieur, réduisant ainsi les risques de nuisances sonores.

Enfin, nous vous confirmons que des compensations sont bien prévues pour tous les propriétaires de parcelles dont le rachat par l’Etat est nécessaire pour la réalisation de ce projet.
Nous vous remercions de vos remarques et commentaires dans le cadre de cette concertation.

Cordialement
----
APIJ

Observation n°8 (Web)

Anonyme
Déposée le 27 janvier 2022 à 18h17
Comment a notre époque peut faire une prison à côté d'habitations, surtout si proche d'une telle bâtisse qui est charger d'histoire. Ce lieu est un lieu de promenade pour des centaines de Muyois! Les habitants ne vont plus vivre, il suffit de voir les témoignages de la prison de Valence qui est toute récente. Il faut intégrer cette prison sur une zone sans habitations a proximité.

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation du maître d'ouvrage, dont la publication interviendra dans les deux mois suivant la remise du bilan du Garant.

Concernant vos inquiétudes relatives aux nuisances sonores, sachez que le nouveau programme immobilier vise à réduire ce type de nuisance qui a pu être constaté sur d’anciens établissements pénitentiaires, via notamment la mise à distance du bâti accueillant les personnes détenues par rapport à l’environnement extérieur, réduisant ainsi les risques de nuisances sonores.

Cordialement,
----
L’APIJ

Observation n°7 (Web)

Anonyme
Déposée le 24 janvier 2022 à 20h45
Nous sommes contre la création d'un établissement pénitentiaire au Muy

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation du maître d'ouvrage, dont la publication interviendra dans les deux mois suivant la remise du bilan du Garant.

Cordialement,
----
L’APIJ

Observation n°6 (Web)

Anonyme
Déposée le 24 janvier 2022 à 14h49
L'état avec l'accord de Madame le Maire quoiqu'elle en dise....va nous imposer une prison située à côté d'un futur lotissement et d'un hameau ancien qui vit avec ses habitants qui vont perdre leur tranquilité à 500 mètres à vol d'oiseau du Lycée, et des futurs aménagements prévus par la DPVA. Que va en retirer notre commune ? Des emplois d'après la Mairie ? Faux et archi faux car les emplois sont nationaux (sur eillants pénitentiaires etc....) Ai si que les marchés publics pour la construire. Sans compter la quantité d'eau potable pour ttes ces personnes (120 l/par détenu/jour) et les eaux usées ? Rien est prévu ??? Donc aucun intérêt surtout à cet endroit. Je vous propose de la construire en haut du Malmont dans un endroit isolé éloigné de pipeline, ligne haute tension ou gazoduc...

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation du maître d'ouvrage, dont la publication interviendra dans les deux mois suivant la remise du bilan du Garant.

Il ressort des études menées par l’APIJ sur la base de la liste de sites proposés par la Préfecture, que celui du Muy est celui offrant la meilleure synthèse des critères pour l’implantation d’un établissement pénitentiaire : nature du terrain, accessibilité du site et intégration dans son environnement urbain, proximité avec les principaux établissements de sécurité, de justice, de santé, d’emploi et de formation du territoire, etc.

Concernant vos inquiétudes relatives à l'attractivité du Muy, sachez que la construction d’un établissement pénitentiaire génère la création d’emplois et de retombées économiques pour le territoire, tant en phase chantier qu’en phase exploitation.
Durant la phase de chantier, les entreprises en charge des travaux sont contractuellement engagées à respecter un taux concernant les heures d’insertion et ont recours à de la sous-traitance locale. Durant la phase d’exploitation de l’établissement pénitentiaire, environ 480 emplois seront créés dont une partie, considérés comme « indirects », bénéficiera à des personnes vivant déjà sur le territoire.
L'arrivée d'un établissement pénitentiaire de cette dimension sur un territoire génère par ailleurs un flux de commandes annuel par rapport à certaines prestations fournies par des acteurs économiques du locaux.

Enfin, nous vous confirmons que la question de la gestion de l’eau (potable, usée et pluviale), sera étudiée en détail par les services de l’APIJ par rapport aux infrastructures en place.

Nous vous remercions de vos remarques et commentaires dans le cadre de cette concertation.

Cordialement,
---
L’APIJ

Observation n°5 (Web)

Anonyme
Déposée le 24 janvier 2022 à 14h36
Bonjour à vous .

Madame le maire vous mentez un eu quand vous dites que sa feras de l emploi sur la commune du muy . Puis vous le dite pas directement mais vous êtes pour alors que vous êtes contre . Pas très net tout sa . C'est quand que vous rentrer votre commune mieux au lieu de rajouter une prison après sa sera quoi ???

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation du maître d'ouvrage, dont la publication interviendra dans les deux mois suivant la remise du bilan du Garant.

Les sujets que vous abordez ne concernent pas directement l'APIJ, mais la Mairie du Muy. Aussi, nous ne manquerons pas de leur transmettre vos observations.

Nous vous remercions de vos remarques et commentaires dans le cadre de cette concertation.

Cordialement
----
L’APIJ

Observation n°4 (Web)

Anonyme
Déposée le 24 janvier 2022 à 14h33
On est contre la prison au muy et à cette endroit .

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation du maître d'ouvrage, dont la publication interviendra dans les deux mois suivant la remise du bilan du Garant.

Cordialement
----
L’APIJ

Observation n°3 (Web)

Par yannic reynaud
Déposée le 24 janvier 2022 à 12h18
Bonjour Mme la Garante,
Ce projet d'implantation de centre pénitentiaire serait prévu à 100m de mon habitation et 50m de mon jardin!

Les nuisances:
Tous les témoignages de riverains vivant à proximité d'une prison (500m) en témoignent, c'est l'enfer!
Les gens ne peuvent plus vivre, sont en dépression. Les nuisances sonores sont certaines, le jour comme la nuit. Les habitations du Collet Redon datent du 17ème siècle, bien avant la Révolution française, ces bâtiments n'ont aucune technicité pour parer à des nuisances sonores, les murs de l'époque sont des passoires en isolation phonique, les vitraux sont anciens, simple vitrage soufflés à bulles! il est impossible de s'isoler des nuisances sonores au Collet Redon! les bâtiments sont face à face et font caisse de résonnance. Cette construction rendrait nos habitations inhabitables!

L'insécurité:
Tous les témoignages de riverains vivant à proximité d'une prison (500m) en témoignent, c'est l'enfer!
Nous avons dans le quartier des enfants, le Collet Redon est leur terrain de jeux, leur jardin, voulez vous les enfermer!!! qu'ils se retrouvent face à des "jeteurs de ballon" (petit sac de drogue ou autre) ou qu'ils tombent sur de la drogue cachée en vu d'être jetée par dessus les murs de la prison? des voyous qui viennent faire des parloir sauvages!
Le Collet Redon risque de devenir un passage stratégique pour toutes ces personnes pour se rendre de façon discrète vers la prison. Ce qui accentuera notre insécurité.

Humainement:
Comment peut-on faire vivre cela aux gens! Il nous sera impossible de continuer à vivre sereinement dans le quartier et surtout de le cacher! mon fils est suivi psychologiquement pour de l'hypersensibilité, c'est une vraie éponge, après le 1er confinement mon fils ne pouvait plus aller à l'école pour ces raisons! il nous parle souvent de cette prison qui commence à l'affecter au point d'en parler à sa psychologue qui nous à alerter. Il nous reste 17 ans de crédit sur notre maison, nous serons condamnés à vivre dans ces conditions car nous n'avons pas les moyens de partir ailleurs.

Le site:
Le choix de ce site est incompréhensible, à deux pas du centre ville, proche des riverains (Collet Redon et Valises) des centaines de familles vont êtres exposées aux nuisances. D'autres sites de terres incultes sont disponibles, pourquoi ici!

La concertation:
A quoi bon? le projet de concertation est sur 75 hectares, l'implantation la moins nuisible pour l'ensemble des riverains ( 500m de toutes habitations) serait au milieu sur les serres et collé à la RD1555.
Pour autant le projet est figé en haut du terrain, collé à des habitations sur les seules parcelles en activités (vignes AOP) au profit d'intérêts économiques choisis par les élus!

Mes questions dont j'espère des réponses :
- L'APIJ a choisi les 75 h pour ce projet est- ce son intérêt de la coller aux habitations, sur des vignes cultivées pour être sur d'avoir des recours?
-Pourquoi faire une concertation publique si c'est la commune pour des raisons économiques qui décide de l'implantation sur les 75 hectares? "comme dit lors de la rencontre du 6 janvier avec le collectif du Collet Redon, l'APIJ, la Mairie et vous même".
-Quelles sont les vraies raisons du choix par L'APIJ de l'implantation au Nord collé aux habitations au vu de l'espace que représente les 75 hectares?
- Au vu du nombre de terrains immenses incultes en terre blanche ou forêt disponible sur la commune ou communes voisines, pourquoi ce site, pourquoi ne pas continuer à chercher un terrain sans riverains autour?
-A qui appartient la décision finale de l'implantation, L'APIJ ou les élus?
Sachez que nous sommes particulièrement opposé a ce projet.
bien cordialement
Yannic Reynaud

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation du maître d'ouvrage, dont la publication interviendra dans les deux mois suivant la remise du bilan du Garant.

Concernant vos inquiétudes relatives aux nuisances sonores, sachez que le nouveau programme immobilier vise à réduire ce type de nuisance qui a pu être constaté sur d’anciens établissements pénitentiaires, via notamment la mise à distance du bâti accueillant les personnes détenues par rapport à l’environnement extérieur, réduisant ainsi les risques de nuisances sonores.

La sécurité à l’intérieur comme aux abords immédiats des établissements pénitentiaires constitue un enjeu déterminant de l’exploitation quotidienne d’un établissement pénitentiaire est un point de vigilance majeur pour l'administration pénitentiaire. Conformément à la législation, qui a évolué sur ce point, les personnels de surveillance de l’établissement affectés dans les équipes locales de sécurité pénitentiaire (ELSP) sont autorisés à procéder, en dehors de l’enceinte, au contrôle des personnes susceptibles de commettre une infraction. Ainsi, la sécurité du domaine pénitentiaire, ainsi que celle de ses abords immédiats, est assurée conjointement par les forces de sécurité intérieure et les personnels pénitentiaires de l’établissement, qui sont en lien direct et permanent. Un protocole d’intervention est élaboré entre les forces de police ou de gendarmerie territorialement compétentes et l’établissement, visant à définir leurs conditions d’intervention respectives, en vue d’une action rapide et efficace contre les personnes susceptibles de commettre une infraction à proximité de l’établissement.

S'agissant du choix de la parcelle, tous les sites proposés ont fait l'objet d'études et de discussions avec les services de l'État. Les élus du département ont également été rencontrés. Il ressort des études menées par l’APIJ sur la base de la liste de sites proposés par la Préfecture, que celui du Collet Redon au Muy est celui offrant la meilleure synthèse des critères pour l’implantation d’un établissement pénitentiaire : caractéristiques du terrain, accessibilité du site et intégration dans son environnement urbain, proximité avec les principaux établissements de sécurité, de justice, de santé, d’emploi et de formation du territoire, etc.

Enfin, concernant le positionnement exact du domaine pénitentiaire de 15 ha sur la grande parcelle de 75 ha, ce-dernier n'est pas encore définit à ce jour. Il le sera avec les données collectées dans le cadre de la concertation publique actuellement en cours.

Nous vous remercions de vos remarques et commentaires dans le cadre de cette concertation.

Cordialement
----
L’APIJ

Observation n°2 (Web)

Par Adèle Tine
Déposée le 24 janvier 2022 à 09h24
Bonjour,

Je représente l'indivision TINE propriétaire de la parcelle AB141 au Muy qui semble impactée par votre projet ! Pourriez-vous prendre contact avec moi au plus vite pour m'expliquer les modalités d'occupation des terrains visés. Nous sommes actuellement en train d'évaluer la vente des terrains donc il faudrait revenir vers nous le plus vite possible.
Cordialement, Adèle Tiné 06 99 82 23 24

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation du maître d'ouvrage, dont la publication interviendra dans les deux mois suivant la remise du bilan du Garant.

Un contact sera pris avec vous prochainement.

Cordialement
----
L’APIJ

Observation n°1 (Web)

Par Joël FRANCOIS
Déposée le 23 janvier 2022 à 12h23
la "concertation", c'est formidable quand elle est un préalable à une prise de décision ; pour la maison d'arrêt de Le Muy , la décision est prise contre l'avis et les propositions alternatives des élus locaux.

pour mémoire je rappelle qu'une décision administrative négative a été prise pour l'installation du projet privé "le pôle de la mode" qui aurait apporté emplois et renommée à la commune qui en a bien besoin, et que cette même administration nous impose "un pôle de la délinquance" qui va attirer dans la village toute la misère des beaux quartiers de Toulon, Nice et Marseille.

revenez sur la localisation de cette maison d'arrêt car vos arguments d'accessibilité sont de nature à favoriser ce que je dénonce ci dessus : le village du Muy mérite mieux que ce que vous nous imposez !

Réponse apportée

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation du maître d'ouvrage, dont la publication interviendra dans les deux mois suivant la remise du bilan du Garant.

Tous les sites proposés ont fait l'objet d'études et de discussions avec les services de l'État. Les élus du département ont également été rencontrés.

Il ressort des études menées par l’APIJ sur la base de la liste de sites proposés par la Préfecture, que celui du Collet Redon au Muy est celui offrant la meilleure synthèse des critères pour l’implantation d’un établissement pénitentiaire : caractéristiques du terrain, accessibilité du site et intégration dans son environnement urbain, proximité avec les principaux établissements de sécurité, de justice, de santé, d’emploi et de formation du territoire, etc.

Concernant vos inquiétudes relatives à l'attractivité du Muy, sachez que la construction d’un établissement pénitentiaire génère la création d’emplois et de retombées économiques pour le territoire, tant en phase chantier qu’en phase exploitation.
Durant la phase de chantier, les entreprises en charge des travaux sont contractuellement engagées à respecter un taux concernant les heures d’insertion et ont recours à la sous-traitance auprès d’entreprises du territoire. Durant la phase d’exploitation de l’établissement pénitentiaire, environ 480 emplois seront créés.

Nous vous remercions de vos remarques et commentaires dans le cadre de cette concertation.

Cordialement,
----
L’APIJ

Apportez votre contribution : Déposer une observation

Partagez sur les réseaux sociaux

l'adresse de ce registre numérique.